GLOSSAIRE du CIHEAM

Lutter contre les trois formes de gaspillage

Gaspillage des connaissances et des savoir-faire 

Renforcer le partage des connaissances et la défense des savoir-faire traditionnels
A travers l'histoire de la Méditerranée, des pratiques adaptées aux conditions naturelles de la région ont été élaborées et transmises aux nouvelles générations. Au fil du temps, les agriculteurs ont acquis des compéténces, des connaissances et des savoir-faire qui devraient être partagés, transmis, conservés et alliés à l'innovation pour mieux répondre aux exigences de la production agricole. Cela peut se faire à travers la mise en place de réseaux pour le partage des connaissances scientifiques, techniques et empiriques.

Gaspillage des ressources naturelles et de l'énergie

​Gérer les ressources naturelles et l'énergie (eau, sols, forêts, énergie, biodiversité...) de manière responsable
L'activité agricole dépend des ressources naturelles et de l'énergie et a donc un impact important sur les ressources en eau douce, les terres arables et le biodiversité. Les objectifs du développement durable (ODD) adoptés par l'ONU comportent la préservation des écosystèmes terrestres, aquatiques, forestiers ainsi que la production et la consommation responsables. L'agriculture doit donc adapter ses activités pour préserver et protéger ces ressources naturelles tout en réduisant sa dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles polluants. La restauration des terres arables, l'amélioration de l'éfficacité de l'irrigation, la conservation des systèmes forestiers, la mise en valeur de la biodiversité et l'adoption de l'énergie verte sont fondamentaux pour le développement durable.

Gaspillage alimentaire

Réduire les pertes agricoles et les déchets alimentaires tout au long de la chaîne alimentaire 
Un tiers de la production alimentaire pour la consommation humaine dans le monde est perdu ou gaspillé. De la production à la consommation, les pertes et les gaspillages sont obersvés tout au long de la chaîne alimentaire. Ces pertes sont généralement dues à des contraintes finanières et techniques mais aussi au comportement des acteurs. Une infrastructure modernisée, une sensibilisation accue des consommateurs, des commerçants et des industries agro-alimentaire pourraient réduire les pertes de manière considérable et donc améliorer la sécurité alimentaire et la croissance économique en Méditerranée.

Renforcer l'agriculture et l'alimentation durable

Promouvoir la diète méditerranéenne

La diète méditerranéenne est considérée comme un modèle pour un mode de vie sain, durable et respectueux de l'environnement et qui est propice aux producteurs locaux. Pourtant, les échanges commerciaux internationaux et les changements de style de vie perturbent les habitudes alimentaires de la région. La sous-alimentation et la malnutrition sont toujours présents dans le Sud et l'Est de la Méditerranée alors que tous les pays méditerranéens sont de plus en plus confrontés à l'obésité et aux maladies dues à une mauvaise alimentation. Un "retour" à la diète méditerranéenne devriat donc être encouragé.

Plus d'information sur la diète méditerranéenne

Renforcer la préservation de l'agro-biodiversité et des pratiques agro-écologiques  

L'agro-biodiversité est définie comme "la variété et la variabilité des animaux, des plantes et des micro-organismes utilisés directement ou indirectement pour la nourriture et l'agriculture, y compris les cultures, l'élevage, la sylviculture et la pêche. Elle comprend la diversité des ressources génétiques (variétés et races) et des espèces utilisées pour l'alimentation, le fourrage, les fibres, le carburant et les produits pharmaceutiques. Elle comprend également la diversité des espèces non récoltées qui soutiennent la production (les micro-organismes des sols, les prédateurs et les pollinisateurs) et ceux de l'environnement plus large qui soutiennent les agroécosystèmes (agricoles, pastorales, forestiers et aquatiques)." L'agro-écologie est l'application de l'écologie au développement et à la gestion durables des agroécosystèmes pour accroître ou maintenir la production agricole tout en réduisant la pression sur l'environnement et les ressources naturelles.

Améliorer la sécurité et la qualité des aliments 

Les dimensions quantitative et qualitative de la sécurité alimentaire sont tout aussi importantes. Tout au long de la chaîne, les produits peuvent être exposés à des risques multiples (résidus de pesticides, micro-organismes et mycotoxines) qui pourraient avoir affecter la qualité en terme de nutrition, de santé et de sécurité. Il est donc nécessaire de développer des bonnes pratiques dans la production, la manipulation, la transformation, la distribtuion et la traçabilité des produits alimentaires. Les innovations logistiques sont essentiels car ils permettent de réduire les pertes et de prolonger la durée de vie des produits. La prévention est le meilleur moyen pour garantir la sécurité et la qualité des aliments. Une législation adéquate et des outils efficaces pour détecter les contaminants doivent être élaborés et adoptés. 

Améliorer l'accès à l'alimentation

L'accès physique et économique à l'alimentation est un pilier important de la sécurité alimentaire. Pour assurer l'accès à l'alimentation, il faut agir simultanément sur la production et la consommation. L'accès doit être stable, durable et continu, y compris dans des circonstances défavorables (conflits, catastrophes etc.). L'accès à l'alimentation est également lié à l'accès des agriculteurs aux intrants (terre, eau, semences), aux marchés et aux services disponibles pour faciliter l'utilisation des technologies. L'eau est vitale pour les écosystèmes sur lequels dépend la sécurité alimentaire et nutritionnelle des générations actuelles et futures, la croissance économique et la génération des revenus.

Investir pour les jeunes et les territoires fragiles

Emploi des jeunes et formation continue 

Beaucoup de jeunes méditerranéens peinent à trouver des emplois décents. Ils sont plus attirés par des emplois du secteur tertiaire dans les villes. L'emploi dans le secteur agricole, forestier et de la pêche s'avère peu attrayant. Pourtant, compte tenu des taux de chômage des jeunes dans la région, l'agriculture (et les secteurs associés) doivent être considérés comme une source d'emplois considérable. Les pratiques agricoles innovatrices changent le travail des agriculteurs. L'entrepreneuriat agricole pourrait offrir aux jeunes générations, un emploi gratifiant et rémunérateur, une production alimentaire plus compétitive et une plus grande richesse économique. Ce développement n'est pas possible sans la participation des jeunes générations et un profond changement de perception des ces questions qui sont fondamentales pour l'avenir.

Développement des zones rurales et des côtes

Le développement des zones rurales et des côtes devrait avoir pour objectif, la mise en valeur des ressources spécifiques de ces territoires fragiles et l'amélioration des conditions de vie des habitants. Ce développement devrait prendre en considération les dimensions économiques (infrastructures de base, la disponibilité des produits agricoles et de la mer, des activités et services touristique, des emplois, des ressources économiques), sociales (réduction de la pauvreté, le rôle des femmes, accès à la terre, exploitation de la mer), et environnementales (protection et uilisation durable des écosystèmes et des ressources naturelles). Le développment intégré des côtes permettrait de s'adapter aux nouveaux défis et de bénéficier de la complémentarité et de la multi-fonctionnalité des pêcheurs et agriculteurs. De plus, l'inclusion nécessaire des agriculteurs et des pêcheurs pour éviter les inégalités entre les territoires est stratégique pour la stabilité sociopolitique.

Egalité des genres et participation des groupes vulnérables

La notion de groupes vulnérables fait référence à des catégories de populations, des individus ou des organisations ayant des caractéristiques spécifiques (âge, sexe, religion, facteurs sociaux, économiques, ethniques, physiques etc.) qui risquent davantage de se retrouver dans une situation précaire. Ces groupes sont moins en mesure d'anticiper, de résister et de se remettre des chocs et des catastrophes. Non seulement ils sont plus suceptibles de souffrir de l'insécurité alimentaire et la pauvreté mais aussi d'être marginalisés dans les projets de développement et les processus de croissance. Le développement inclusif doit veiller à ce que toutes les populations soient impliquées dans le processus tout en renforçant leur capacités. L'égalité des genres est un aspect central de l'inclusion des groupes vulnérables. Les femmes et les hommes devraient bénéficier des mêmes opportunités, y compris la patricipation économique et la prise de décisions. Leurs aspirations et besoins différents devraient être pris en compte de manière équitable.

"Agro-Smart Business"  

Face aux changements et aux défis, les zones rurales ont fait preuve de résiliance et  montré leur capacité à apporter des solutions. Les "Smart rural areas" se multiplient à travers la Méditerranné. Dans ces zones, cohabitent bonne gouvernance, le soutien des politiques aux initiatives locales, la responsabilité sociétale, le dialogue multi-parties dans la prise de décisions et des efforts de mise en oeuvre, les investissements inclusifs et des synergies entre la recherche et les besoins en matière de développement. Une révolution agricole est nécessaire dans les méthodes et pratiques de production pour fournir des produits en quantité suffisante et de bonne qualité aux consommateurs mais aussi pour proposer des options plus durables face aux contraintes environnementales et aux défis sociaux.

Prévenir les risques et gérér les tensions

Mobilités et migrations

Historiquement, la Méditerranée a toujours été un creuset marqué par la mobilité des peuples. La migration peut être interne avec un exode rural qui se poursuit alors que dans les villes, les perspectives socio-économiques semblent être moins favorables. La migration peut être aussi internationale où les gens voyagent pour chercher des meilleurs conditions de vie à l'étranger. Cependant, il y a aussi des personnes déplacées qui sont obligées de migrer, notamment en raison de problèmes de sécurité. L'amplification récente de la mobilité de détresse en Méditerranée soulève de nombreuses questions humanitaires et politiques plaçant le débat sur la gestion de l'urgence et la gestion de ces dynamiques complexes à court-terme. Les causes profondes des migrations devraient être traitées afin d'identifier des réponses possibles dans le domaine du développement agricole et rural et de la sécurité alimentaire.

Adaptation et solutions au changement climatique 

La lutte contre le changement climatique doit tenir compte de l'agriculture et de la sécurité alimentaire. Bien que l'agriculture et la sylviculture soient des émetteurs importants de gaz à effet de serre, ils offrent également des solutions pour l'adaptation et l'atténuation des changements climatiques. La capacité de séquestration des GES et de la biomasse dans les sols contribue à réduire le réchauffement planétaire et l'adoption de systèmes d'irrigation durables entraîne une diminution de la désertification. En intégrant la culture des arbres, le développement de l'agroforesterie contribue également à la réduction des émissions causées par la déforestation.

Santé animale et végatale

Les organismes nuisibles présents chez les animaux et les plantes peuvent sérieusement compromettre la sécurité alimentaire avec des conséquences économiques et environnementales graves pour certains espèces, cultures et territoires. La mondialisation accroît le risque d'introduire des organismes nuisibles qui peuvent devenir envahissants en raison des changements climatiques, entraînant ainsi de graves crises sanitaires. Les organismes déjà présents dans la région peuvent aussi devenir nuisibles en raisons du changement climatique. En outre, les crises sanitaires sont dues à des conflits, des infrastructures de stockage et de transport médiocres, des mesures de quarantaine faibles, le manque de soins vétérinaires ou par une mauvaises communication entre les acteurs et la société civile. La plupart des acteurs (les jeunes générations) ont maintenant recours à la haute technologie qui peut soutenir fortement la lutte contre les ravageurs et les maladies. Le renforcement des mesures de quarantaine, l’adoption d’outils de pointe dans l’ensemble de la chaîne de production pour les plantes et les animaux, le développement et le partage des connaissances et la mise en réseau peuvent limiter les crises sanitaires.

Marchés agricoles

La plupart des pays méditerranéens dépendent des marchés internationaux pour répondre à leurs besoins alimentaires. Ce commerce est également important pour leurs propres dynamiques économiques puisqu'ils exportent une partie importante de leurs produits agricoles. L'imprévisibilité accue des dimensions budgétaires de ce commerce agricole fait écho aux partenaires commerciaux croissants avec les  multiples flux globaux. La volatilité des prix augmente et pèse sur les producteurs ou les consommateurs, en particulier les plus vulnérables, et sur les finances publiques. Dans un contexte aussi incertain, la résiliance des pays, des sociétés, des agriculteurs et des pêcheurs est fondamentale.